poésie tombée du ciel – (toît émoi)

T o Î t E’ M o i

Peut être une image de nature, ciel et palmiers

Viens !

Le soir pense à nous, le rouge est vert

Noir se décline aux pieds des arbres

Lueurs de terre,

Numbus en nombre

Plaquent au ciel un toit.

Vents danger soufflent en liesse

Sur moi sûrement.

Jour de lumière près de sombrer

Il est temps de se retrouver

Orageux presse,

Sombre et doux émoi,

Jeu dément

Quand la nuit survient, funeste, elle gagne !

JMDF /30/04/2021/toit émoi

Photo : C. Guenolé

Myanmar, sourde oreille

Min Aung Hlaing, le chef de la nouvelle et sanguinaire junte brimane, assistait ce samedi 24 avril 2021 à Jarkarta avec les autres Chefs d’Etats, au Sommet des pays de l’Asean (ANASE) pour la première fois et il a été accueilli par des remarques désagréables notamment par les représentants de la démocratie indonésienne.

Le dix Etats-Membres se sont mis d’accord sur un « consensus » ayant donné lieu à un texte commun avec le Myanmar. sur différents points dont la nomination d’un « facilitateur du dialogue » pour faire cesser la violence, même si aucun calendrier n’avait été alors défini.

Hélas, une fois rentré au pays, le chef de la junte a fait savoir par un communiqué de presse qu’il examinerait les suggestions des membres de l’Asean … « lorsque la situation serait redevenue stable » !

Entre les cris des gens qui hurlent partout dans le pays, le bruit des armes automatiques d’une armée qui tire sur son peuple, l’alerte des médecins, des enseignants, des journalistes, des bonzes et les sirènes des hôpitaux en grève, les plaintes de chefs des états voisins, la condamnation des pays occidentaux, règne la sourde oreille …

Pauvres Birmans.

JMDF

art vietnamien moderne et peu connu

Le boum de l’art vietnamien

Pendant 1000 ans (et oui !), l’art vietnamien a été marqué par les origines de son Peuple. Population constamment en guerre, venue du Sud de la Chine et s’établissant le long de la côte pacifique et de la péninsule, elle chassa les Chams locaux installés bien avant eux (à côté des Khmers). Ainsi, durant des siècles la création artistique annamiste sous toutes ses formes était emprunte de chinoiseries…

Il a fallu, au XIXeme siècle, la domination française pour que l’Art moderne typiquement vietnamien explose !

Certes, les Français y sont sans doute un peu pour quelque chose mais pas qu’eux. Les artistes vietnamiens sont nés et ils ont créé un style qui les représente. Cette époque se poursuit jusqu’à nos jours où l’image de l’Art moderne vietnamien est marquée par quelques grandes figures dont les oeuvres restent à des prix élevés tels que celles de Le Pho et Mai Thu.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/3/3f/Vietnamese_Painter_Le_Pho.jpg

Ces stars dont les tableaux peuvent dépasser le million d’euros (en Europe et en Asie) ne sont pas les seules. Tout un courant de pensée créatrice subsiste qui n’est pas touché par le temps, ni par les instances dirigeantes ni par les crises diverses dont celle du Covid.

L’Art vietnamien se porte bien et les Vietnamiens se sentent presque tous un peu artistes dans l’âme. Peuple attachant qui a le sens du beau et du plaisir. Un chemin vers le raffinement. Ce sourant artistique né sous la domination française (L’Indochine !) continue à faire des petits alors que les anciennes puissances coloniales sont peu fières de leur passé à travers le monde. Aussi, pour le retour des touristes occidentaux un jour prochain dans ce pays extraordianire du bout du monde, un détour par les galeries de peinture vaudrait-il le détour, du Nord au Sud.

JMDF

Siem Reap, entre la mort et la vie !

Comment tuer une Ville ?

– Décider de la rénover en faisant tous les travaux en même temps !

Certes, plutôt que de rénover un quartier puis l’autre, c’est sans doute une bonne idée de tout faire en même temps avec une bonne coordination, pour l’adduction d’eau, pour l’assainissement, les lignes électriques et téléphoniques. Pour canaliser ses égouts et mettre la ville hors d’eau lors des risques répétitifs d’inondation en plein coeur de la saison de mousson…

Bref, il est tellement fréquent en Occident qu’une rue à peine rebouchée fasse soit à nouveau l’objet d’une nouvelle tranchée par manque de coordination entre les services administratifs et les lignes (budgétaires) de déboursement de travaux, qu’on se félicite qu’à Siem Reap au Cambodge tout soit remarquablment coordonné ! Une année difficile à passer et pourquoi pas effectivement en plein pandémie profiter de la situation relativement calme ?

Cependant, la voirie municipale n’est qu’un épisode ! Un alibi ! Derrière tout cela il y a une « pensée » !

Le projet n’est-il pas de transformer complètement une petite ville de province aux charmes mille fois décrits de part et d’autre de sa rivière par les touristes partant ou revenant visiter les temples d’Angkor, pour en faire une ville nouvelle capable d’accueillir des millions de touristes ?

Et bien sûr faciliter la circulation et probablement laisser entrer les autocars de touristes qui, hier, ne pouvaient ni curculer ni se garer dans la vieille ville aux maisons coloniales présevées …

Pour ce faire, toutes les rues de la ville doivent être notablement élargies. Les voies extérieures doivent être dédoublées. Objectif est de créer une sorte de super-périphérique entrecoupé par des avenues rectilignes adaptées aux transports publics vers les nombreux sites des temples (très dispersés), le macadam devant remplacer des grandes voies en terre rouge. Mais aussi accélérer le contournement de la cité par les gros transports routiers traversant le Cambodge du Vietnam jusqu’à la Thailande …

Alors tous les magasins sont fermés et périclitent ! Les trottoirs n’existent plus. Déjà que tous les prestataires de servive avaient sombré avec le départ brutal des touristes en mars 2020, maintenant c’est le tour de tous les autres commerces touchés par les travaux et inaccessibles pour la chalandise…

Deci-delà un supermarché, une station essence, un réparateur de moto, une épicerie de quartier voire un petit marché survivent avec une population appauvrie mais qui doit manger et se déplacer. Bien des commerçants disparus ont ouvers des charrettes de vente de nouilles ou de jus de fruits qui offrent leurs produits aux passants du soir. La journée ce sont les baraques à café qui se sont multipliés devant les maisons non touchées par l’alignement des rues.

Pas de chance le couvre-feu à Siem Reap (et dans tout le pays) vient à nouveau de chasser le petit business de survie de tous ces gens pourtant armés d’un grand courage. Le confinement général touche trois quartier dont le centre ville avec les banques et l’Hôpital. En son centre, près du grand hôtel Hyatt qui a fermé ses portes, une petite agence de voyage se demande encore ce qu’elle fait là. Savath vit là. Sa boutique c’est sa maison. Elle vent des bouteilles d’eau fraiche grâce à son frigo. Quelle chance il n’ont pas coupé l’électricité en permanence !

Pire, un nouvel aéroport est en construction à plus de trente kilomètres de la Ville et une « ville nouvelle » est en projet avancé pour abriter, d’une part, les dortoirs des employés de la ville qui feront donc le trajet, et, d’autre part, les villas des plus riches, notamment ceux de Phnom Penh pour qui « ça fait bien » d’avoir un pied-à-terre du côté d’Angkor, même inhabité !

Le tout est financé par la Banque Asiatique de Développement qui, en période de pandémie, ne sait plus quoi faire de ses sous et qui prête à trente ans à bon taux. Et il faut le reconnaître tout est remarquablement coordonné et mené bon train… L’argent est là, le matériel flambant neuf aussi.

La rénovation à bon dos. Le budget est sans limite ?

En fait, à Siem Reap, les perspectives 2022 sont bonnes. A terme …

Dans un an le bitume aura recouvert toutes les nouvelles rues. Des voies uniques faciliteront la circulation. Avec des trottoirs ? Des touristes reviendront progressivement. Les guesthouses embaucheront à nouveau. La nouvelle ville sera belle. La rivière est actuellement curée et ses rives redessinées et enfin nettoyées (l’eau peut-être un jour ?), les ponts seront doublés et repeints. Une nouvelle vie s’installera et on oubliera les faillites et les morts. On oubliera que les enfants ont pleuré devant des écoles fermées et on oubliera qu’on a eu faim pendant des mois…

JMDF

Obligation de se faire vacciner au Cambodge ?

Le Cambodge n’a reçu que deux millions de doses de vaccins anti Covid 19, un millon de la Chine et un autre de l’Inde avant que ce pays ne ferme les exportations de sa propre production de vaccins.

Or l’épidémie fait rage depuis quelques semaines en cette année 2021 et la vaccination risque d’être insuffisante ces prochains mois …

Aussi, le Premier Ministre a t’il imposé la vaccination à tous les agents de l’Etat, civils et militaires, en précisant que le vaccin n’est pas obligatoire mais que quiconque n’était pas vacciné risquait un jour de perdre son « job » … car il faut travailer en équipe et il ne peut pas être acceptable de cotoyer des risques apportés par des non vaccinés…

Il est clairement dit par le « prime minister », et donc toutes les autorités qui en dépendent, que dans l’avenir avec la carte d’identité il pourrait être demandé la carte de vaccination !

Obligatoire de fait pour entrer désormais dans la fonction publique.

Probablement pour entrer au Cambodge dans l’avenir.

Néanmoins, alors que les fonctionnaires reçoivent leur deuxième dose ce mois-ci, bien des citoyens attendent la première. Plus ou moins désespérement.

Qui va être capable de fournir au Cambodge les 10 millions de doses aujourd’hui nécessaires ?

L’OMS ?

JMDF

La langue Hoklo comme une arme intelligente !

A TAIWAN, durant cette année scolaire en cours en 2021, plus de 300 classes au sein de jardins d’enfants ont pris part au programme immersif d’enseignement mise en place par les autorités pour la langue HOKLO.


Le HOKLO est langue « sinitique » du groupe minnan qui est connue à Taiwan sous le nom de « taïwanais ». Le taiwanais, pas le chinois.

Que voilà une décision maligne de commencer à enseigner une langue aux tout jeunes qui ne soit pas le Chinois du continent ou le « mandarin » majoritairement parlé sur l’ancienne Formose ! Enseigner le « taiwanais est en quelque sorte une arme pour que la population se sente différente, y compris sur la langue maternelle, devant la menace permanente d’attaques chinoises.

La grande Chine continentale revendique encore bien fort en ce moment : « une seule Chine ».

Il y a aussi à Taiwan un Ministère des Peuples Autochtones. Au cas où les Chinois n’auraient pas compris que l’île existe depuis toujours sans être chinoise.

Les Taiwanais connaissent le Hoklo pour 70% d’entre eux mais la pratique de cette langue est en déclin. Voilà pourquoi le Ministère de l’Education encourage depuis 2016 la pratique de cette langue pendant les premières années de scolarité obligatoire.


Depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur le développement des langues nationales de Taiwan, en janvier 2019, l’ensemble des langues maternelles formosanes, y compris le hoklo, le hakka, les langues austronésiennes parlées par les peuples autochtones, et la langue des signes de Taiwan, sont reconnues comme langues nationales au même titre que la langue chinoise : le mandarin.

JMDF

Le Vietnam et le Cambodge sont des amis.

Les relations entre les deux pays sont bonnes. Le « passage de pouvoir » au Congès du Parti communiste vietnamien a été l’occasion pour le Premier Ministre cambodgien de se féliciter de ses bonnes relations avec son voisin. Relations construites sur plusieurs décennies et particulièrement nourries ces derniers temps dans la collaboration de lutte contre la pandémie.

Vietnam-Cambodge : même combat. C’était vrai dans les années 1980 puisque le Vietnam était entré sur le territoire du Cambodge en 1979 pour éliminet les terribles Khmers Rouges (KR) au communisme pro-chinois appliqué sans la moindre humanité sur le Peuple (opprimé depuis avril 1975). Rappelons que alors que les Vietnamiens ont toujours été, eux, d’un communisme pro-russe.

Même combat lorsque dans les années 1990, les deux pays avaient commencé le retrait des troupes étrangères au Cambodge (Hun Sen, dissident KR, placé au pouvoir par les Vietnamiens était aux manettes) et laissé la place aux soldats des Nations-Unies venues pour implanter de nouvelles institutions démocratiques conformément aux Accords de Paris d’octobre 1991. Même combat discret en quelque sorte puisque le Parti du Peuple cambodgien (PPC/CPP) était accusé d’être la marionnette des puissants voisins.

A cette époque il est même permis décrire que les deux pays étaient à nouveau sur la ligne de départ du développement économique. Les performances de croissance économique de l’un et de l’autre étaient voisines et même sans doute étaient supérieures au Cambodge, du fait de l’aide financière internationale.

Il n’en est plus de même depuis les années 2000, le Vietnam a rattrappé son retard sur tous ses voisins grâce à une évolution nette vers un capitalisme entreprenant à parti unique mais intelligent ! Les performances économiques furent remarquables et continues. Le Cambodge a maintenu sa croissance à 7% (le Vietnam à 5%) mais sa balance commerciale avec le Vietnam s’est accrue de manière défavorable. D’autant plus que des passages frontaliers restaient poreux…

Pour consolider ses relations avec son voisin, Hun Sen a usé de sa stabilité. Une victoire aux élections de l’opposant Sam Rainsy aurait fait basculer les relations diplomatiques avec le honni Vietnam jusqu’à les tendre aux conflits frontaliers de manière prévisible…

Aussi ces dernières années la décennie 2010 a t’elle été marquée par la normalisation des relations avec les deux pays. Sur tous les plans. Hun Sen a bénéficié d’une relation sure et constante avec le Premier Ministre vietnamien resté en place cinq années et devenu le 5 avril 2021 Président (Secrétaire Général du Parti !) NGUYEN Xuan Phuc, élu par l’Assemblée Nationale. Ce dernier offre également ce besoin de permanence et de stabilité souvent nécessaire aux milieux d’affaires et à la réalisation de grands projets.

Enfin les relations se sont renforcées en 2020 avec la pandémie entre ces deux leaders. Le Vietnam avait immédiatement fermé sa frontière avec la Chine et encouragé le Cambodge à parvenir à fermer leur frontière mutuelle… Résultats excellents et contrôle de l’épidémie durant toute cette année. Aucun mort au Cambodge du Covid 19 en 2020 ! Quelques-uns seulement au Vietnam.

Maintenant, 2021, les deux pays ne sont plus au même niveau de développement économique. Le Vietnam est passé devant et court vers des succès sur cette décennie et probablement la prochaine (2030-2040) pour sortir de la pauvreté avec des moyens (ressources géographiques, agricoles, industrielles et ressources humaines) que n’a pas le petit Cambodge.

Néanmoins la coopération continuera et elle est prometteuse notamment pour l’industrie touristique lorsque la pandémie sera oubliée. Des deux côtés la stabilité politique et la paix semblent inébranlables.

Il est vrai que lorsque l’on gagne des guerres ensemble l’amitié et le respect deviennent des atouts majeurs. Puissent les Vietnamiens, y compris les paysans et les planteurs aux frontières toujours respecter l’ntégrité territoriale du Cambodge… Alors le respect durera longtemps puisque c’est l’intérêt de ces deux pays membres de l’ASEAN (même avec des amitiés chinoises apparemment divergentes).

JMDF avril 2021

Un Airbus A 320 à Taiwan

TIGERAIR Taiwan est la filiale à bas coûts (Lowcost Cie) de la compagnie taïwanaise China Airlines (CAL) que beaucoup croient être une compagnie chinoise du fait de son nom ! Les sièges sociaux sont bien établis à Taipeh. Exactement à Taoyuan international airport.

China Airlines est en fait la principale compagnie nationale d’Etat de la République de Taiwan (membre Skyteam – 1400 vols par semaine pour 102 destinations à travers l’Asie et le monde entier). L’autre compagnie nationale bien connue en Asie étant EVA AIR. Il existe également une petite soeur de la première : Mandarin Airlines.

TIGERAIR a pris livraison le 8 avril de son premier appareil Airbus A320neo, une nouveauté dans le paysage local et régional. C’est le premier avion d’une flotte de 15 appareils de la même famille dont la livraison s’étallera au cours des quatre ou cinq prochaines années.

Une raison de plus d’apprécier leur slogan : Journey with a caring smile !

JMDF

La Birmanie (Myanmar) sur le chemin de la guerre civile !

Le Coup d’Etat militaire de Mars 2021 tourne au chaos en ce mois d’avril. Faute de pressions de la Chine et de la Communauté Internationale, la situation des civils dégénère de jour en jour. Les soldats se croient tout permis et ils commencent à piller les particuliers qu’ils contrôlent. Les arrestations sont le plus souvent des disparitions. La peur de se faire tuer sur le champ paralyse ceux qui sont contrôlés.

Les manifestations populaires continuent chaque jour, d’une manière ou d’une autre, dans tout le pays qui est au bord du chaos. Le banques et les hôpitaux sont fermés. Des plans d’évacuation des Etrangers sont en train de se mettre en place. La situation est sur le point de dégénérer car le peuple ne cèdera pas et se rebelle à travers tout le pays y compris, bien sûr, les minorités « rebelles » du Nord du pays qui avaient déposées les armes avec le retour à la démocratie de la First Lady Aung Sang Su Kyi mais qui sont en train de les déterrer !

Le seul moyen maintenant de chasser les militaires ce sont les armes ! Le peuple n’en a pas et ne peut pas s’organiser sans risquer la mort immédiate, sauf les minorités qui doivent être en train d’en racheter… et de s’organiser avec dans leur culture des décennies de guérillas.

Ainsi s’ouvre le chemin de la guerre civile…

Les Etrangers vont partir. Des Ambassades vont fermer. L’arrivée de la mousson repliant des compagnies dans les casernes va donner le point de départ de troubles armés dans le Nord. Et après … ?

Rendez-vous dans deux mois !

JMDF

Le Covid assaille le Cambodge depuis le début avril 2021

Le Gouvernement Royal du Cambodge prévoyait déjà il y a un mois de ré-ouvrir l’accueil des touristes au quatrième trimestre de cette année 2021 (pour les touristes vaccinés seulement) !

Hélas, c’était sans compter sur le dérapage du Coronavirus depuis la fin mars de cette année (que out le monde s’était souhaitée bonne et surtout meilleure que l’année écoulée) … Le Royaume était Champion du monde durant un an de la lutte en 2020 réussie contre le Covid 19.

80 malades et zéro mort au total !

Mais le Nouvel An Chinois de février 2021 a été la pierre d’achoppement des quarantaines en cours. Des gens sont sortis de leur enfermement et ont participé à une fête et, depuis lors, les autoritaires sanitaires courent après les « closters » avec force d’enquêteurs et de policiers !

Avril est d’ordinaire le mois de la fête. Il fait très chaud et les Cambodgiens fêtent le nouvel an khmer le 14 de chaque année durant au moins trois jours avec force bières … Cette année tout n’est que tristesse et silence. La vente d’alcool a été interdite. Les rassemblements aussi.

Plusieurs milliers de cas sont dénombrés par les autorités sanitaires, plus de trente morts – dont un Français – et des hôpitaux surchargés et non-équipés.

Les vingt provinces sont refermées sur elle-mêmes. Interdiction de passer de l’une à l’autre. Depuis une semaine tout le pays est sous couvre-feu à 20 heures. Et voici que depuis le 14 avril 2021 à minuit la Capitale Phnom Penh est sous confinement total pour deux semaines au moins…

Les nouveaux malades doivent rester chez eux ! Un choc pour toute la population et particulièrement les pauvres qui vont encore sombrer les premiers.

JMDF