Renaksé Hôtel – dernier des résistants à Phnom Penh

Jean Morel de Froissart

 

« Hôtel Rénaksé » est un poème de l’artiste cambodgien Piersath écrit en américain. Sa traduction en langue française m’inspire de le modifier, à ma manière, et sans sa permission.

*

Renakse, hôtel abandonné, meurtri, tu pourris encore,

Tes tuiles de toit tombent en silence

Sur les grenouilles du parc d’investisseurs qui n’en ont que faire…

Owner et déshonneur,

Que faire de l’histoire passée, d’un siècle de grandes choses,

Les Khmers, blancs ou rouges, semblaient au moins le respecter.

Tout ça pour finir en main propre d’argent sale,

Mille milliards de mille sabords de yuans.

Construire « Mainland » là ?

Entre le Palais Royal et les quatre Bras, quoi …

Le ciel est Tonlé sur la tête.

Le fleuve se lève. Refuse la tour. Dans six mois, un tour dans l’autre sens.

Elle viendra, tout à rives à Phnom Penh ?

Qui gouverne ici le bon sens ?

La princesse Bopha est…

Voir l’article original 292 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s