Japon, apparition des sans-abris !

Le Japon qui se veut souvent parfait « en apparence » ces dernières années vient de découvrir une plaie dans sa société urbaine.

Les habitations au Japon sont petites car l’espace manque pour un taux d’occupation élevé. Deux fois plus d’habitants qu’en France pour une surface comparable mais avec quantités d’îles et ilots. Population vieillissante avec 35% de retraités.

Le mètre carré urbain est le plus cher du monde. Les gratte-ciels font flores mais sont chers. Se loger est un problème.

Les chambres à coucher accueille des futons car les lits occidentaux traditionnels ne rentreraient pas dans des espaces qui restent dépouillés de tout mobilier comme souvent en Asie.

Un Japonais ne vous invite pas à dîner chez lui, c’est impossible. Les familles accueillent leurs amis dans les restaurants ou bien dans les salons privés des restaurants.

A Tokyo, le problème du logement est récurrent. Chacun le sait et s’en accomode. Comme pour les temblements de terre ! Comme la pollution ? Comme Fukoshima ! C’est le Japon, un pays à risques mais étrangement calme. Qui s’interrogerait dans ce contexte sur les sans-abris ? Pourtant voit-on des SDF  dans les rues comme à Paris ? Sans doute pas !

En fait, il existe des centres de divertissement que sont les cybercafés qui sont souvent ouverts 24 heures sur 24. Jour et nuit avec des clientèles disparates. Ces établissement, un peu comme les nôtres au bord des stations services des autoroutes françaises disposent de cabines privées et de douches, elles aussi privées.

Ces cybercafés sont accueillants et le plus souvent dotés de jeux pour enfants et de divers services telles que des bibliothèques. Aussi, des Japonais vivent discrètement grâce à des point d’accueil. Un travailleur de nuit peut y somnoler le jour. Une personne de jour y passer la nuit avant de reprendre tôt le matin son travail …

Ainsi, des familles entières, en fait des sans-abris,  vivent parfois cette vie avec des enfants. Les infrastructures de divertissement les assimilent car elles disparaissent souvent la journée pour vaquer à leurs occupations.

Ces familles se regroupent ainsi dans la soirée avec un toit pour s’abriter.

Or, le confinement et surtout la fermeture de ces entreprises depuis plusieurs semaines de pandémie, dans plusieurs villes du pays et surtout dans la Capitale viennent de révèler au grand jour quantité de personnes sans-abris qu’il faudrait reloger dans l’urgence !

À Tokyo, où les autorités estiment qu’il y a plus de quatre mille réfugiés des « cybercafés ». Des chambres d’hôtel ont été réquisitionnées et mises à disposition de ces sans abris.

JMDF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s