Yangoon, tout le monde le sait !

Deux journalistes, photographes reporters de l’agence Reuters présente au Myanmar viennent d’être présentés aux juges après leurs interrogatoires suivant leur arrestation il y a plus de six mois dans l’affaire des Rohingyas birmans.

Accusé d’avoir violé d’importants secrets d’État parce qu’ils avaient tout simplement dévoilé la terrible crise de « poursuite » par les militaires d’une minorité musulmane en indélicatesse face à la montée de l’extrémisme bouddhiste… ils avaient aussi été en possession de quelques images non publiées mais de situations civiles ou militaires … ne respectant pas vraiment les droits humains. Enfin, pas les images !

Mais un parfum de massacre. Sur la route du Bangladesh.

Âgés de 28 et 32 ans, ces journalistes birmans qui ne faisaient sans doute que leur travail ont été inculpés et risquent désormais quatorze ans de prison. Ceci révolte un certain nombre d’associations de défense des Droits de l’homme et de liberté de la Presse, ainsi que nombre d’observateurs étrangers à Yangon.

Toutefois, le plaignant dans cette affaire n’est-ce pas l’État du Myanmar lui-même et la loi invoquée celle autrefois édictée par les Anglais du temps de la colonisation.

Madame, l’Armée est-elle toujours au pouvoir ?

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s