L’Inde se développe, des Indiens souffrent !

Ah l’eau !

Tiraillé entre ses objectifs écologiques et la nécessité de développement d’un pays qui compte un tiers de la grande pauvreté mondiale, le gouvernement indien peine à mettre en place des mesures radicales.

Dans le village de Nagarpur, à une vingtaine de kilomètres de Bénarès, un certain Nandlal Master se bat contre l’usine Coca-Cola qui est en service depuis 2002.

« Pour produire 250 000 litres de soda, ils pompent au moins 1 million de litres d’eau par jour. Nos puits se sont asséchés, et, en 2013, la nappe phréatique a été classifiée  » zone noire « , ou  » extrêmement critique « . »

« Mais malgré les procès et les manifestations de la population, la maison mère américaine n’a pas arrêté la production » se désole le professeur des écoles, qui s’échine à sensibiliser les institutions pour obtenir gain de cause.

Ils ont dû arrêter de rejeter dans nos champs l’eau lourdement polluée au plomb, cadmium et chrome, mais désormais, cette eau est envoyée par pipeline jusque dans le Gange. »

 

Jean-Marc ALLIER

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s