L’Asie, une force en mouvement ou des régimes de bananes ?

Comment concilier les traditions et la modernité ? Comment les pays d’Asie peuvent-ils évoluer dans le respect de leur identité et les conséquences des étapes récentes de leurs vies politiques ? Comment peuvent-ils montrer au monde entier un visage de démocratie et de respect des droits humains ?

Les pays d’Asie, et particulièrement les États de l’ASEAN, ont forcément depuis vingt ans donné la priorité des priorités au développement économique. Population en forte croissance, développement poussé par la mondialisation et les investissements étrangers, inégalités et présence de la misère dans les campagnes…

Forcément, l’accès à l’école de la majorité des enfants, l’ouverture au monde par la téléphonie et par le Web, bien des choses n’aident pas l’image de la gouvernance de ces pays « retardataires » pour la plupart et mal classés par l’ONU, excepté Singapour.

Ils parviennent à un stade où les intellectuels, les économistes, les démographes et aussi les journalistes s’interrogent forcément sur les moyens de concilier les priorités gouvernementales et l’image que donnent des pays bien troublés par la corruption, les inégalités, l’absence de justice et le cri des pauvres et des asservis, à commencer par les femmes.

De plus, dans certains de ces pays de l’Anastase, vivent des minorités. Ces sociétés multi-ethniques (Chams, Rohingas, Méos) et le plus souvent multiconfessionnelles, Bouddhistes, Musulmans et Chrétiens, sont confrontées à une menace plus ou moins nette pour leur identité.

Partout où ces menaces sont perçues comme un risque pour leur cohésion nationale la politique « s’occupe » de leurs cas. Parfois, de manière fraternelle comme au Cambodge, parfois comme une guéguerre, en Indonésie, Laos, Philippines et au Myanmar notamment.

Cependant, à part quelques exceptions où les militaires sont au pouvoir pour éviter de glisser sur les nombreuses peaux de bananes, la démocratie joue la transparence médiatiquement comme s’il suffisait d’avoir des élections pour respecter l’équilibre des pouvoirs.

De manière très politique pourtant, l’Asie reste une force importante pour la promotion de la diversité culturelle cachée derrière les régimes de bananes.

Les enjeux de ce siècle pour la région extrême orientale de l’Asie sont sécuritaires (montée du terrorisme islamique et peut-être bouddhique) et surtout sont humanitaires (violations des droits de l’homme, contentieux territoriaux sur fond de populisme ou de nationalisme, migrations forcées, production et trafic juteux de stupéfiants, criminalité organisée et justice liée aux pouvoirs exécutifs.

Seule solution : les relations internationales et les échanges économiques, juridiques et culturels avec l’Occident.

 

JMDF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s