Malaisie, la politique tousse encore

La Fédération de Malaisie est ce pays de l’Asie du Sud Est qui peut plus ou moins se résumer à la péninsule située entre le Royaume de Thailande (et l’Etat de Singapour) et l’Indonésie…

Anciens territoires britanniques, assez hétéroclites du fait des îles et de la plus grande Bornéo, de Singapour et de Brunei l’indépendance a été marquée de soubresauts. Singapour-la-chinoise quittant la fédération en 1963. Brunei restant britannique puis prenant son indépendance… La frontière avec la Thailande bouddhiste ayant aussi fait l’objet de tensions territoriales et religieuses.

La Malaisie est une monarchie constitutionnelle avec un Roi élu pour 5 ans !

Une sorte de démocratie en somme où le défi était depuis 70 ans (!) de rassembler des peuples d’origines très différentes. La majorité étant des Malais de religion musulmane.

Mais voilà sept décennies que la politique malaise va mal, toussote ou sent mauvais. Les choses se sont plutôt bien passées économiquement et socialement du fait de l’existence d’un leader médecin devenu un homme politique connu comme un « strongman », Mohamad Mahathir.

Certes, ce Premier Ministre autoritaire au plus long « règne » (22 ans PM sur 70 ans de vie politique) a participé à l’explosion économique du pays, alliant infrastructures et réformes agraires, mais il restera aussi dans l’Histoire celui qui a sans cesse tenté de laminer l’opposition politique jusqu’à créer des scandales pour ses leaders, le plus connu étant Anwar Ibrahim accusé de sodomie et longuement incarcéré.

Aujourd’hui âgé de 92 ans, un phénomène « mugabe » a envahi l’image de Mahathir du fait que le Premier Ministre en place Najib Razak est fortement touché depuis deux ans par un scandale de corruption et que le parti de Mahathir n’est pas capable de se trouver un autre leader.

A tel point que Anwar Ibrahim, à nouveau en prison mais très populaire dans le pays, et Mahathir, les ennemis intimes luttent côte à côte pour les prochaines élections législatives. L’ancien PM Mahathir est à nouveau candidat… de l’opposition aux élections qui devraient se tenir en août 2018 mais non encore convoquées.

Le pauvre docteur, opéré des coronaires en 2007, est cette fois en observation à l’Hôpital pour une infection respiratoire après avoir fait campagne à travers le pays contre son ancien parti toujours au pouvoir depuis l’Indépendance de 1957 (Barisan Nasional). Confirmant ainsi que la Malaisie est bien une démocratie qui prend de l’âge…

Qui peut renverser Najib, l’actuel PM fragilisé ? Le vieux leader malade ? L’opposant en prison ?

Quelle serait la meilleure issue pour la Malaisie ?

JMDF

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s