Manhattan sur Mékong !

La péninsule fluviale cambodgienne qui est créée par la longue bande de terres bordée au Nord de Phnom Penh par le Mékong et par le fameux Tonlé Sap à l’opposé, avant que ces deux-là ne se rencontrent au lieu dit des « Quatre bras » !… s’appelle Chroy Chanva.

Du centre ville le célèbre pont de Chroy Chanva que l’on appelle aussi le « pont Japonais », reconstruit par eux il y a maintenant 22 ans (alors qu’il vient d’être véritablement doublé l’an dernier par un investissement public chinois accolé, pour laisser passer une circulation de plus en plus dense sur la RN 6) permet d’accéder à cette zone.

Ces terres péninsulaires, avant-guerre, étaient soit des marais, soit des terres partiellement agricoles. Peu de fermiers y vivaient mais beaucoup y pratiquaient l’élevage à la bonne saison. Un endroit paisible. L’espace étaient propice aux animaux en liberté. Néanmoins, de chaque côté de la route aujourd’hui, des pagodes, un orphelinat et un église désaffectée, révèlent la présence de groupes de populations et de villages.

Depuis vingt ans de développement de la ville bien des citadins se sont installés sur ces terres, notamment sur les rives, les résidents se trouvant confortés dans leur droits par des documents municipaux et fiscaux, à défaut de titre de propriété et de cadastre opérationnel. Par ailleurs, des compagnies aux propriétaires fortunés pompaient (pour le compte de quelques puissants) le sable qui encombrait les fonds du Mékong et recouvraient peu à peu toutes ces marais, chassant bien des espèces animales à commencer par des singes présents autour de la pagode Wat Kien Khleang.

Les choses ont changé avec la croissance urbaine. Tous les esprits dirigeants y voient des hôtels, des résidences de luxe et autres. Ces terres vides (donc publiques) appelant des investisseurs sont forcément propices à la spéculation. Hélas, les terres maintenant comblées de sable ne tiennent pas compte de l’irrigation habituelle de ce site depuis toujours naturel… La destruction de l’environnement ne cesse pas d’inquiéter les résidents au moment des fortes pluies.

Et voilà que la Ville de Phnom Penh annonce la  construction de la Cité du Futur ! Déjà le ciment avait envahi les alentours du pont . De nouvelles voies se dessinent… C’est clair entre la Nationale N° 6 et la rive du Tonlé Sap où plus personne ne vit tranquille… déjà que les gaz et le bruit étaient venus troubler cette zone agréable et heureuse. En 2016, c’est la panique :

Le projet qui vient de paraître dans la presse concerne 400 hectares de cette zone. Un projet déjà bien avancé sur plans mais apparemment démesuré eu égard à l’urbanisation de Phnom Penh et sans doute pas surprenant vues les ambitions et les délires de certains gouvernants et des hommes d’affaires chinois qui arrivent avec les même plans que ce qu’ils ont construit ailleurs !

… Clefs en mais, je vous prends votre terre et rase vos biens. Je vous dédommage grassement du prix moyen d’une terre marécageuse et si vous n’acceptez pas mes conditions, je vous expulse parce que vous n’avez pas de titres de propriété régulièrement cadastrés…!

… Laissez-nous construire des tours résidentielles, des villas et un Stade et je vous promets de construire une navette ferrée (un métro, un BTS !) joignant la Cité du Futur au centre ville, passant sur le fleuve sur un nouveau pont moderne payé par les promoteurs du projet…!

En effet, un projet semblant futuriste, de trois tours reliées entre elles, a été publié pour faire rêver certains cambodgiens sur des images improbables. En fait, la cité du futur de Phnom Penh que l’on croyait voir surgir depuis dix ans sur l’Île du Diamant – Koh Pich – ce n’est pas elle, mais bien Manhattan-sur-Mékong, sur l’attractive péninsule de Chroy Chanva.

Rien d’étonnant puisque, en 1993, des ministres Funcinpec, venus d’ailleurs, arrivés brutalement au pouvoir, ne me disaient-ils pas : Là, aux Quatre Bras, qu’en pensez-vous, on pourrait faire un nouveau Manhattan ?

Avec l’horrible bâtiment du nouvel hôtel Sokha qui regarde de manière prétentieuse vers le Delta du Mékong – qui commence là – le pire n’était donc pas encore venu !

Manhattan sera pour demain, après les expulsions.

 

 

JMDF

2 réflexions sur “Manhattan sur Mékong !

  1. Au quel des nombreux conseillers voulez-vous que je transmette votre question ? Sachez que le rouleau compresseur chinois descend toutes les rivières de la région, parfois s’y pose pour construire un barrage, et que les investisseurs immobiliers paraissent pour l’environnement des enfants de chœur d’un autre âge ou d’une autre culture !
    Qu’y faire ? – Collecter les sacs en plastique ?
    L’Extrême Orient est, avec la complicité des dirigeants, extrêmement en danger de siniculture totale … Sauf au Vietnam !?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s