A quand une assurance pour les agriculteurs cambodgiens ?

 La mousson arrive et l’heure des semis du riz aussi.

Chaque année cette saison est l’occasion pour les entreprises de micro-finances d’entrevoir du bénéfice à court terme. En effet, elles prêtent de l’argent à très court terme pour que les paysans achètent et sèment les semences. Le cycle agricole est de quatre mois pour la récolte.

Alors, avant même la fin de la saison, les paysans pourront rembourser. Mais s’ils ne peuvent pas, qu’adviendra t’il ? Les taux d’intérêt sont importants et il suffit d’une mauvaise saison, d’inondations ravageant une province, ou bien d’orage couchant les céréales … et le bénéfice est perdu. Le remboursement devient impossible.

L’Etat ne pourrait-il pas assurer, ou réassurer, ce processus agricole en cas de catastrophe naturelle ? Afin que les catastrophes financières ne s’ajoutent pas aux risques climatiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s