Un travail de cochon !

A Phnom Penh, aux aurores, l’abattoir débite 2500 porcs, chaque jour. Au regard de cette quantité, 1500 têtes sont des bêtes importées, le reste seulement étant de la production porcine locale. Pourquoi tant d’importations ? ça me hérisse !

Les fermiers, petits éleveurs cambodgiens, ne sont donc pas capables de produire plus de porcs pour éviter de telles importations ? Que font-ils et que font les autorités pour coordonner un possible effort évidemment plein de bons sens économique ? Comment se préoccuper du … terroir et de la filière porcine ?

Insensé ! Le cochon importé s’achète moins cher que le cochon cambodgien ? Pourquoi donc ? Oui, on produirait plus cher un cochon au Cambodge qu’au Vietnam ou qu’en Thaïlande ? Mais pourquoi donc cette différence ? La nourriture ? Le transport ? ou les hormones de croissance ?

De plus, comment contrôler vraiment la qualité des bêtes importées ? Quelle est le niveau de sécurité alimentaire ? Qui contrôle quoi ? Un Laboratoire National … n’est-ce pas une nécessité de santé publique ? Qui travaille le sujet ?

S’il vous arrivait l’idée d’aller visiter un abattoir, aux méthodes on ne peut plus traditionnelles … Il y aurait de quoi vous faire douter de l’hygiène de toute la filière.

Mais qu’on ne s’inquiète pas non plus de voir les étals de boucherie au marché avec des pièces de porcs sans la moindre insecte : Il parait que le formol fait fuir les mouches … !

MDF

2 réflexions sur “Un travail de cochon !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s