Myanmar connaît deux cancers

Derrière le coup d’État… Qui ?

Le premier cancer birman s’appelle l’armée. Elle est depuis trop longtemps au pouvoir au Myanmar (la Birmanie) et tellement imbriquée dans la vie économique du pays qu’elle même voit mal elle-même comment en sortir !

Les militaires sont partout et ce ne sont pas les bruits de casseroles de la population répétés tous les soirs depuis le dernier Coup d’Etat (la Tatmadaw) du premier février 2021 qui fera changer fondamentalement bien des choses. Ce sont ceux qui se sont montés disposés un temps à accepter la Démocratie à condition que celle-ci les accepte et surtout leur laisse toute liberté de posséder le pays tout entier. Ils exigent de participer au pouvoir total et aux valeurs de droite imposées puis, accessoirelent (?) le pouvoir de … s’enrichir.

L’autre cancer est le nationalisme religieux. Il s’appelle le Bouddhisme birman ! La religion n’a pas échappé ces dernières annés à une dérive fondamentalisme. Le Bouddhisme birman est différent de la religion pratiquée dans les pays voisins (quelques exceptions en Thailande et au Sri Lanka) ou même à travers le monde. Il est un bouddhisme militant. Il se veut « engagé » et quasi conquérant. La preuve en est l’élimination progressive des musulmans de l’ethnie Rohingya obligés de s’exiler au Bangladesh par dizaines de milliers et d’être secourus (plus ou moins) par la Communauté internationale.

Le génocide actuel d’une partie du peuple « musulman birman » tient à ces deux cancers. Il apparait que la divine Aug sang Suu Ky n’a jamais pu s’exprimer librement sur ce sujet lorsqu’elle était au pouvoir. Et puis le pouvoir, même en robe, n’est-il pas toujours uniquement l’attribut des hommes.

Le pouvoir de bien des moines bouddhistes s’apparente au pouvoir des militaires. Derrière les Généraux, comme cachés en second plan, il y a des moines ! Ainsi, il n’est pas étonnant que le faschisme l’emporte. Constat terrible …

Certains Birmans, accompagnés de moines en robe safran incitent à la haine et vandalisent des commerces et brûlent des mosquées. La notion de tolérance propre à cette religion a disparu dans ce pays. Les pagodes deviennent des milices. La non-violence ? Une notion oubliée au profit d’une idéologie. Au nom de la protection de la race ???

En politique, les cancers mènent à la mort ou à la Révolution. La seconde est peu probable lorsque les armes sont des casseroles. La première ne pourrait venir que des Chinois. Un parti unique qui n’aime pas trop les religions et s’installe de plus en plus dans la région.


JMDF

Une réflexion sur “Myanmar connaît deux cancers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s