Rénovation urbaine géante à Siem Reap

La rénovation urbaine entamée en 2020 par le Gouverneur de la Ville de Siem Reap et par le gouvernement cambodgien qui finance le maxi-projet, avec l’aide de la Banque asiatique de développement, se poursuit à rythme soutenu de tous côtés en 2021.

Les dizaines de millions de dollars promis pour le bitume ou le ciment nécessaires à la rénovation urbaine de cette petite ville cambodgienne aux rues étroites ne pouvant pas accueillir les autobus de touristes sont apparemment bien arrivées. Cinq entreprises de travaux publics se partagent à la fois les quartiers, les rues et le magot. Rares sont les vieux engins de chantier auxquels les Cambodgiens sont habitués depuis des décennies. Ici tout est neuf et le matériel dernier cri est non seulement ad hoc mais piloté avec grande compétence par des artistes de la pelleteuse !

Chacun sent parfois un peu comme un parfum de folie à certains endroits tant il apparait effrayant de voir des routes défoncées et des rues de centre ville devenues traversées de tranchées infranchissables. Les unes après les autres et parfois certaines en même temps que leurs voisines. Ici la voirie justifie tout. La pose de tuyaux d’assainissement et de cables électriques demandent une programmation et une coordination de tous les instants. Et elle se fait ! Pas le temps de reboucher une rue qu’il faut creuser la suivantes et même sous la pluie de mousson qui tombe en ce mois de juin 2021 bien chaud et humide. Tout se fait à grande vitesse, tant les jours de grosse chaleur que les lendemains de pluies qui rendent les excavations boueuses et les tranchées inondées.

Les fonctionnaires n’ont jamais fait autant de zèle pour dégager les chemins et les canaux et pour tenter d’élargir certaines ruelles qui n’étaient pas dans le premier lot des 28 voies à rénover mais doivent à tout prix favoriser les tranchées des écoulement des eaux pluviales, des eaux sales et des cables en tous genres. Des magasins perdent leur vitrine, des maisons leur cloture… Mais la ville gagne des voies élargies et la possibilités de passages de bus de tourisme et de places de parking.

La ville déjà meurtrie depuis le Covid a connu la disparition de milliers de touristes, ce qui a conduit à la fermeture de tous les bars, agences de voyage, salons de massages, hotels de luxe, guest houses et restaurants… Aujourd’hui, elle fait face au zèle des équipes de travaux publics qui appliquent un plan d’urbanisme qui n’avait jamais été respecté auparavant ! Tout simplement. Et toute la ville est sens dessus-dessous depuis plus d’un an.

Quelle résilience tout de même ! Les Cambodgiens courbent le dos et font face. Beaucoup sont ruinés depuis un an mais ils savent qu’ils repartiront. Tout le monde croit au retour des touristes en fin d’année !

En attendant les travaux sont entrés dans leur deuxième année et la fin de cet énorme chantier – sans doute unique au monde – ne semble pas proche. Sur les plus grandes voies (le périphèrique) la chaussée en ciment se prépare techniquement morceaux par morceaux. Ailleurs on attendra le bitume. Des kilomètres de voies urbaines à refaire d’ici le retour des touristes ? Mais ce sont des travaux d’Hercule. Ici on dit Hanuman. Ah ah ah, Ah oui vraiment Hanuman est bon enfant …

Hanuman en verra sans doute la fin du macadam. Peut-être. En 2222. Un chiffre souriant pour une Ville de Siem Reap qui attend très patiemment 2 revivre.

La résilience des Cambodgiens est ici vraiment phénomènale.

JMDF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s