Les Chinois au Cambodge

La présence (assez visible depuis deux ans) de nombreux chinois au Cambodge est très controversée.

Le gouvernement et certains économistes ont vu de manière positive l’émergence des investissement chinois un peu partout dans le Royaume. Mais cela n’empêche pas que d’autres se montrent inquiets, se méfiant même d’investissements jugés … sales ?

Je comprends que la présence grandissante des Chinois au Cambodge ces dernières années soit controversée. Elle est source d’inquiétude voire de peurs… Moi aussi, à titre personnel, quelquefois, je suis un peu dérangé et inquiet de penser : – Jusqu’où aller comme cela ? N’est-ce pas trop ? Mais en tant qu’économiste, je considère que le « développement par l’investissement » est une bonne chose. L’immobilisme en économie est source de régression. Il y a plusieurs voies pour déclencher du développement et de la croissance. L’important est de choisir et d’avancer.

Le Cambodge a des atouts. Il n’est ni pauvre comme on le dit parfois, ni riche puisqu’il subit bien des aléas. Depuis vingt ans, la croissance économique a été soutenue par l’aide extérieure. Les bailleurs de fonds bilatéraux (la France, le Japon, …) et multilatéraux (la Banque Mondiale, la B.A.D., …) ont soutenu la reconstruction d’après-guerre. La croissance économique a été au rendez-vous (7% chaque année durant plus d’une décennie) et à suivi la croissance importante de la démographie et de l’arrivée d’une nouvelle génération de citoyens sur le marché de l’emploi.

La décennie 1990-2000 est celle dite du Baby-boom ! Ces enfants sont devenus grands en 2019. Comment trouver un emploi et un futur si la société ne crée pas ces emplois pour une jeunesse qui légitimement se pose la question de son avenir ? L’aide internationale s’essouffle. Certains pays se font discrets. L’UE s’insinue dans la politique pour éventuellement retirer certains avantages essentiels. Comment faire alors ?

La pire chose en économie-politique c’est de ne pas décider. Il faut agir. Garantir la croissance c’est rechercher des investisseurs qui veuillent bien répondre aux besoins locaux. Le gouvernement royal a fait le choix du développement « tout de suite » en accueillant l’aide de la Chine pour son Budget et pour ses projets urbains et interurbains.

Il était possible de faire du développement avec d’autres secteurs économiques comme l’agriculture, l’élevage, les mines, les ressources pétrolières offshores. Mais cela prend plus de temps. Le gouvernement n’a rien négligé mais il est allé au plus pressé, notamment l’industrie touristique. Il est judicieux aussi de faire du développement à moyen et long terme par l’Education (et par la Santé !). Le peuple instruit se prend plus facilement en main pour créer lui-même des emplois et des « start-up » .

Aussi, les investisseurs chinois c’est, en quelque sorte, une opportunité. C’est une facilité pour créer de la richesse et du développement. Ce n’est pas sale. Sauf si l’on importe des gangsters, des repris de justice et de l’argent sale. Il faut y veiller. Ce n’est pas nous qui le savons. Certains organismes internationaux surveillent le « money laundering » et lorsque cela « is smelling » l’argent de la prostitution et de la drogue…

Il faut juste rester vigilants

JMDF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s