Beau soleil

Bonsoir Ami,

Tu étais taillé comme une pierre mais ceux qui connaissaient ta tendresse n’en démordaient pas. Tu étais « chaud » comme un soleil, noble, grand et fort comme un colon, mais tu ne plaisais pas à tout le monde, ni aux médiocres, ni à ceux qui cassaient du sucre sur ton café noir ou ton whisky bien peu tassé.

C’est du soleil tropical dont tu abusais ces derniers mois au Cambodge en travaillant sans relache. Pas bon pour le cœur. Ton autorité naturellement souriante te permettait de diriger une plantation et des centaines d’employés. Droit comme un arbre, péremptoire mais flexible comme une pépinière, tes hommes t’aimaient, tes femmes aussi. Qu’importe que les trains soient jadis passés sur ces rails t’éloignant des tiens tricolores…

Tu aimais ton drapeau, les responsabilités, la nature, et avant tout les oies sauvages et la libertés des poules. Ton œil était fin, chasseur, ton regard décapant. On t’aimait comme ça. A commencer par les Cambodgiens.

Tu as pris de l’avance désormais sans attendre de reprendre la dialogue.

Au revoir du clair de la lune, l’ami Pierrot.

 JMDF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s