L’Inde des paradoxes

L’Inde commencerait-elle à devenir un problème mondial ?

A quelques semaines de la COP 21 à Paris, comment ce pays, souvent appelé le « continent indien », tant il est grand et surpeuplé d’une population colorée, unique, hétérogène, dispersée, mais liée par un pouvoir central fort et par des traditions, des rites et des usages, parfois respectés, sinon respectables ou bien peu respectables, par des routes bancales et des aéroports surchargés, … comment ce pays va pouvoir … réagir aux besoins de la planète ?

Tiraillée la modernité et l’archaïsme social, la société indienne, organisée par castes, oublie depuis longtemps et pour longtemps les Droits de l’Homme et surtout ceux de la Femme et de l’Enfant, du Pauvre, du Handicapé et de l’eunuque … les droits à respirer, à aimer la vie et à vivre libre ! Pourtant dans ce fatras social, certains y voient … la liberté des paradoxes !

L’Inde maîtrise en effet dans le même temps toute la chaîne spatiale. Oui, aujourd’hui, c’est l’heure des fusées indiennes. Depuis les lanceurs spatiaux jusqu’aux satellites les plus sophistiqués. Mieux même, l’Inde est capable d’envoyer des sondes spatiales et de créer une base indienne géostationnaire, ce qui en fait le seul pays, avec les États-Unis, à avoir réussi une mission martienne réussie.

Sur le plan informatique, l’Inde s’est dotée des moyens d’être en avance sur tous les pays du monde et le pays crée sans cesse dans ce domaine des emplois modernes de services utiles à toute la planète. Mais entre les textiles, les piments, les curry, les rivières et les diamants, les couleurs sont trop paradoxales pour créer une nation unie au monde.

Car… l’Inde est un monde à part. La pollution est endémique. Les villes sont surchargées. La circulation y est folle, et participe, comme les usines, à la production non maîtrisée de parties fines et de gaz à effet de serre… L’Inde bouddhiste respire les extrêmes et trouve cela fatal. On voit mal comment elle pourrait réagir rapidement à la COP 21 sans sacrifier – encore – les populations les plus pauvres.

Ce n’est que l’un des paradoxes ! Invraisemblable.

Ah ah Ah oui ,vraiment, la planète est, et sera, mal gérée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s