Des îles chinoises au Cambodge

un développement frénétique tourné vers la mer malgrè l’absence de touristes ?

 

Entre la frontière thailandaise et la frontière vietnamienne, le Cambodge dispose d’une jolie côte et d’une vingtaine d’îles aménagables.

Plages de sable blanc presque partout. Quelques rochers. Des cocotiers et autres palmiers. Des mangroves impénétrables. Des caps rocheux propices aux rêves. Des bords de jungle encore séduisants. Quelques ports de pêche tranquilles

Et des îles posées sur la mer calme comme des boules de cristal ou de verdure. Des perles. Des pières précieuses…

Franchement, il ne manque rien pour développer une destination touristique praradisiaque !

Ces dernières années les investissements se sont multipliés et les infrastructures semblent avoir suivi. Notamment les équipements hôteliers.

Covid 19 est passé par là et les touristes font complètement défaut. Qu’à cela ne tienne, les Khmers de l’intérieur découvrent leur pays et se rendent en nombre désormais vers des sites que l’on préparait pour des étrangers.

Toutefois, les Chinois attirés par cette destination voisine et cette frénésie du développement sont toujours là. Les investisseurs et les résidents de plus en plus nombreux, notamment installés à Phnom Penh sur des projets de construction pour la plupart. Ils envahissent maintenant la presqu’île de Ream. Il n’y a pas que les bâteaux qui flottent à la ronde…

L’activité de l’aéroport de Sihanoukville reprend alors que les travaux de la construction d’une autoroute ambitieuse (et brutale) entre la Capitale et le port de Kompong Som devrait diviser par deux ou trois le temps de trajet actuel. Les porte-conteneurs sont actuellement à la queue leu-leu sur la route nationale, dans les deux sens.

Néanmoins, il y a un côté « too much » dans ce développement, au regard de la pauvreté de la population cambodgienne mais aussi au regard de la crise sanitaire actuelle du Covi 19 et es conséquences sur l’industrie touristique ! Les tours de bureaux et d’appartements de Sihanoukville seront-elles plus occupées que celles des grands hôtels ? Rien n’est moins sûr tant le développement s’est fait dans la démesure.

Sont-ce les touristes chinois qui vont profiter de tout cela ? Sans doute. Ils sont déjà prêts à construire un nouvel aéroport comme à Phnom Penh et à Siem Reap ! A moins que les Thailandais ne se ruent eux aussi par la province de Koh Kong aussi en pleine ébullition. Non, rien ne freinera la construction de villes nouvelles chinoise dans ce bord de mer paradisiaque. De quoi donner des boutons à bien des Cambodgiens.

Pas avant cinq ans.

Le temps de construire une raffinerie et un oléoduc pour le pétrole que le Cambodge n’a pas encore …

JMDF

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s