Les baisers. Stop aux bisous ?

La pratique des bisous est une spécialité française !

En Asie personne ne s’embrasse. Dans tous les pays de l’Extrême-Orient aucune bise pour le contact entre personnes, comme également en Chine ou en Inde ! Pas même les enfants embrassent leurs parents. Au retour d’une longue absence par exemple, les regards suffisent. Les sourires de circonstance un peu fermés. Mais pas de toucher de l’une ou l’autre des parties.

Les parents bisent les bébés et encore ! La bise ne se fait pas avec la bouche mais avec le nez ! La bise est une petite respiration de l’autre… Un léger toucher qui est une preuve d’amour.

Le salut entre personnes y compris dans les familles est trés exprimé par les mains jointes. Le mot « wai » est souvent employé… Il marque le respect et il situe le geste des mains à différentes parties du corps, notamment lorsqu’une personne de niveau inférieur rencontre une personne de niveau supérieur. Le « wai, le salut des mains jointes, s’exprime au niveau de l’estomac, ou bien à celui du cou, ou bien même au niveau de la bouche. A chaque geste sa signification.

Placé au niveau du front, le geste exprime les excuses ou bien la dépendance ou encore le respect de la filiation avec le Bouddha.

Le port de la tête est important en même temps que le geste des mains. Celle-ci s’incline par respect ou par lien de plus ou moins de dépendance…

Ailleurs dans le monde, on s’embrasse.

En Russie, on s’embrasse sur la bouche y compris entre hommes. Habitude qui semble moins fréquente de nos jours et devrait se perdre avec la pandémie…

En Amérique du Nord, la rencontre exprime la joie en « s’embrassant » essentiellement avec les bras,  sans s’échanger de baisers. On se prend chaleureusement dans les bras. Excepté dans les régions où les Français ont essaimé quelques habitudes de bisous.

Les pays Nordiques en Europe s’embrassent peu à l’inverse des pays latins plus expansifs et qui parfois se serrent fort les corps et s’embrassent aussi fortement que la sympathie veut s’exprimer. La bise est l’expression de la bouche sur la joue de l’autre. Un geste en somme de fraternité. Teinté d’amour.

Mais les Français sont ceux qui ont inventé la méthode des « bisous répétés » au quotidien. Plus de fraternité ? La plupart des collègues s’embrassent le matin sinon le matin et le soir ! Mais les habitudes sont régionales et le fruit de tradition et surtout de l’usage… Il y a plusieurs façons de faire.

C’est une tradition. Un élément culturel de la rencontre ! La logique est je t’embrasse et en même temps tu m’embrasses. Cela peut être concomittant ou l’un à la suite de l’autre. Mais cette bise se pratique différemment selon les régions de France ou d’Outre-Mer et parfois même d’un département à l’autre. Il faut mieux se renseigner avant de voyager pour ne pas se … casser le nez.

En Bretagne, il est correct de s’embrasser une fois. C’est le cas dans tout le Finistère. C’est le moment le plus facile. Je t’embrasse, tu m’embrasses. Il existe même une association pour la sauvegarde de la « bise unique ». Je la soutiens car c’est la logique du bon geste. A défaut, que vive la double bise mais pas plus.

Dans le Nord de la France, il convient de s’embrasser effectivement deux fois. Je t’embrasse une fois à gauche et une fois à droite et toi inversement en même temps ! Ce qui n’est guère facile mais faisable… En fait, la seule difficulté est de savoir si les deux personnes commencent par la gauche puis alternent à droite.

Plus ou moins proche de la bouche de l’autre ou proche de l’oreille ?

Il y a un côté faux géographiquement puisque deux personnes peuvent difficilement s’embrasser sincérement en même temps. Sinon en tordant sa bouche. Ce serait donc proche de la bouche de la personne face à vous.

Dans le midi parfois (mais pas partout) et dans d’autres régions de France, comme le Massif Central, il est de coutume de faire trois bises. Pour ne pas se tromper, il faut savoir quel est l’usage ! Soit il y a le risque de s’arrêter avant, soit de continuer alors que l’autre s’arrête !

Le pire, si je puis dire c’est quatre bises ou le mieux : dans toute l’Île-de-France, la région parisienne et là où se trouve des colonies de Parisiens en Outre-Mer on s’embrasse deux fois, c’est-à-dire quatre bises chacun. Oui quatre chacun.

Mais attention à la classe sociale de la personne que vous rencontrez car plus les bourgeois s’embrassent, moins ils se font réellement de bises. Ils font semblant. Donc Paris intra-muros c’est deux. Et même dans le sizième arrondissement, faire un peu semblant est de bon aloi. Juste sentir le parfum sélectionné par l’autre… est une politesse. La classe…

Cela reste un geste un acte social visant à saluer ou à prendre congé de quelqu’un. Parfois c’est une manifestation d’amitié et alors les bises sont appuyées. Parfois un simple signe fort d’appartenance à un milieu, une famille, une association locale.

Si vous rencontrez le Président de la République et que vous l’aimez, votre rêve est de lui faire la bise. En faire « une » répond donc à une attente. Et on en laisse pour les autres … Si vous hésitez commencez par la gauche. C’est plus fréquent. Et arrêtez-vous avec le parfum et le mot de respect d’une rencontre réussie.

D’ailleurs lorsqu’il s’agit d’amour, si ce n’est le baiser sur la bouche qui est un acte
quasi sexuel, c’est la bise unique qui marque le mieux votre sentiment.
Alors, avec le masque, on fait quoi ? Fin de la fraternité ?
JMDF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s