EXIT le Brexit (fiction)

 

LONDON, the 01/01/2019

My chers concitoyens,

Chers européens,

Le démantèlement du Royaume Uni ne pouvait pas avoir lieu !

Certes, il y eut un « référendum consultatif » il y a un peu plus de deux ans, un certain 23 juin 2016, mais, depuis le 24, bien des choses ont changé. Nous n’avons jamais pu demander l’application de l’article 50 du Traité de Lisbonne et pour cause, juridiquement seul le Parlement pouvait le faire … :

D’abord, il nous a été impossible de trouver un successeur à … Sir D. Cameron. Aucun candidat qui soit élu pour activer l’Article 50. Ainsi, je suis le quatrième, à venir vous expliquer que nous ne pouvons toujours pas, et que nous ne pourrons pas, réaliser effectivement le BREXIT !

Le 15 octobre 2016, notre Parlement a refusé par 271 voix démocratiques REMAIN que le gouvernement de Sa Majesté engage la demande envers la Commission européenne de retrait du Royaume Uni de l’Union Européenne.

Cette situation a obligé notre pays à dissoudre la Chambre parlementaire et à organiser un nouvel appel au Peuple pour désigner de nouveaux représentants. Vous le savez, nous avons revoté l’an dernier pour des élections législatives générales qui ont confirmé par 275 voix que le Parlement britannique ne devait pas mettre en œuvre la sortie de l’Europe puisque ce sont autant de députés « REMAIN » qui ont été élus majoritairement ! Ce vote est, lui, souverain et juridiquement respectable, alors que le référendum au Royaume Uni n’était que … consultatif.

De plus, nous Anglais, ne voulions pas construire une frontière avec l’Écosse qui a voté pour le maintien dans l’UE et négocie avec vous depuis octobre 2016. Quant aux heurts tragiques qui avaient marqué le début de la construction de nouveaux postes de douanes entre l’Irlande du Nord et l’Eire, nous ne voulions pas rallumer une guerre inutile, ni démanteler par petits morceaux le Royaume Uni qui fait la Grande Bretagne.

La seule chose que nous pourrions accepter selon le nouveau Parlement, ce serait un statut spécial de la Ville de Londres, un peu comme Bruxelles, à condition d’y placer le siège de la B.C.E., logiquement à côté de la City.

D’ailleurs, la signature du nouveau Traité de Berlin (du 7 juin 2018) entre en application aujourd’hui même pour les douze membres de la Communauté EUROSCHENGEN avec de nouvelles frontières européennes… et nous, Britanniques, sommes un peu sorry de ne pas en faire partie. Mais ce nouveau Traité créant une nouvelle Europe, vous en conviendrez, annule de fait le Traité de Lisbonne et, par conséquent, annule son Article 50 que nous ne pourrons désormais jamais actionner. Ainsi, nous ne sommes pas sortis de l’UE. Et nous vous remercions infiniment de votre aimable compréhension.

Le nouveau parti politique dominant en Angleterre – YOUTHS FOR HOPE – compte maintenant 10 millions de militants qui réclament de rejoindre l’Europe nouvelle, celle du nouveau Traité de Berlin, et même souhaitent négocier une entrée dans la monnaie européenne qui s’impose maintenant sur les marchés européens, et plus.

Quant à nos frères Écossais, vous le savez, ils avaient accepté de ne pas renouveler leur referendum d’Indépendance à CONDITION QUE le gouvernement britannique que nous ne mettions pas en œuvre la demande effective de BREXIT. Cet accord nous obligeait à la prudence. Maintenant, ils maintiennent leur envie de normaliser leurs relations avec l’Europe. Comme nous.

Pour moi en effet, je vous l’avoue, je souhaiterais maintenant, avec mon gouvernement majoritaire, normaliser nos relations difficiles depuis ce départ manqué. Et même rejoindre la nouvelle Europe de la Défense puisque nous avons dû réduire de moitié notre Budget militaire. La Royal Navy risque de prendre l’eau du fait de l’effondrement de notre économie depuis cette fameuse dégringolade de notre vieille monnaie. Le pound tarde à retrouver son noble cours.

C’est pourquoi nous sommes ravis de nous tourner franchement et sincèrement, comme toujours, vers vous.

Bref, ensemble, chers concitoyens, chers européens, chers Parlementaires de Strasbourg et de Bruxelles, nous serons mieux tous ensemble demain.

Lord BYRON Mc FROISS’ART

5 réflexions sur “EXIT le Brexit (fiction)

  1. jean, j’ai besoin de comprendre… « D’ailleurs, la signature du nouveau Traité de Berlin (du 7 juin 2018)??? » pour pouvoir aller plus loin… bises

    J'aime

    • Ben, c’est une fiction ! Mais c’est ma vision à la date d’hier. On verra si j’étais un visionnaire. Je pense que le Brexit ne peut pas se faire. Mais cette période est favorable à relancer un nouveau traité européen. Il se discutera à Berlin ! Voilà … FICTION vue par JMDF !

      J'aime

Répondre à cherpitel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s