Budget ASEAN 2014 : un Tigre de papier ?

ASEAN 2014  :  un Tigre de papier ?

 

Au Cambodge, comme ailleurs, la fin d’année économique et parlementaire est marquée par la préparation et le vote du Projet de Loi de Finances pour l’année 2014. Quel sera le Budget du Cambodge l’an prochain ?

La préparation budgétaire a été marquée par la campagne électorale de juillet 2013 et les suites troubles que l’on connait. Aussi, bien des arbitrages n’ont, semble t-il, pas pu être effectués sur un projet de Budget préparé par le Ministre d’Etat KEAT Chhon qui a quitté ses fonctions pour devenir l’un des vice-Premiers ministres du nouveau gouvernement alors que le portefeuille des finances était transmis à ANG Vong Moniroath, fonctionnaire expérimenté du Ministère. Certes, ce dernier est l’une des plus notables nouveautés économiques au sein du nouveau GRC, avec également l’arrivée d’un nouveau Ministre du Commerce. Néanmoins, pas de véritable changement de cap à espérer : le nouveau ministre était déjà depuis quinze ans le Conseiller personnel du Premier Ministre pour les finances.

Adopté rapidement en octobre par le Conseil des Ministres, le Budget 2014 a été voté allègrement par l’Assemblée Nationale le 12 novembre dernier, à l’unanimité par les 66 députés PPC (Parti du Peuple Cambodgien) siégeant naturellement sans la moindre opposition, et le 22 novembre par le Sénat.

Avec un montant de dépenses de 14 167 449 de millions de riels, soit 3,4 milliards de dollars US, ce Budget parait ambitieux, en augmentation de 13,1 % par rapport à celui de l’an dernier. Il prévoit un taux de croissance économique légèrement supérieur à 7 % (le FMI table sur 7 %, le ministère 7,6 %) et espère parvenir à un point de recul de la pauvreté cette année. 20 % des Cambodgiens seraient aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté. Volonté bien louable en la circonstance de revendications populaires de plus en plus affirmées.

Le gouvernement royal (GRC) a présenté ce Budget avec quatre priorités : les affaires sociales, l’Economie, l’Administration générale et la Défense-Sécurité nationale. Les affaires sociales sont à prendre au sens large puisque le Ministère de la Santé fait partie du concept avec un budget-santé en augmentation 8,4 %, ce qui est peu en comparaison avec celui du Ministère des Affaires Sociales dont les moyens croissent de 37,5 %. C’est vrai qu’il partait de si loin….

Le Ministère de l’Education voit son budget prévisionnel croitre de près de 20 %, ce qui est certainement un des points les plus positifs de ce Budget 2014. Reste à espérer…

Face à ces projets de dépenses, importantes mais pas toutes clairement attribuées aux ministères prioritaires, le budget s’attend à une augmentation égale des recettes sans, là aussi, indiquer clairement comment  trouver les ressources supplémentaires.

Les 13,1 % d’augmentation des recettes,  reposent, d’une part, sur des ressources intérieures, d’autre part, sur des aides extérieures. C’est là où le bat blesse. Le Ministère des Finances pense trouver des ressources intérieures par une imposition plus rigoureuse des agents économiques, les taxes, notamment la taxe foncière, l’essence, les casinos et … la vente de biens publics.

Sans toucher au montant des taxes sur l’essence, la consommation d’énergie va certes augmenter, entre 5 et 10% en 2014, avec la croissance naturelle, c’est cohérent. De même pour les impôts provenant des entreprises et la perception de la taxe sur la consommation. Néanmoins, même avec un PIB en progression de 7 %, l’estimation du volume des rentrées fiscales apparait insuffisant, voire encore aléatoire, si des mesures administratives ne viennent pas conforter les prévisions, notamment celles de l’amélioration d’une collecte fiscale plus sûre et plus juste.  Quant aux casinos, faute d’une base légale claire de gestion et de contrôle des jeux d’argent, on se trouve là  dans l’absence totale de transparence. A quand une loi qui mette enfin de la clarté dans le domaine des Jeux. Idem, pour la vente de biens publics qui sont quand même chaque année moins nombreux.

Le gouvernement compte sur un meilleur système de taxation, en particulier l’Agriculture et la Pêche qui devraient contribuer à l’accroissement de ressources budgétaires. C’est ambitieux et peu crédible. A moins de taxer les concessions forestières et de couper du bois … officiellement ! Les forêts primaires, en parlera t’on encore dans dix ans ?  Ou encore d’accroitre la taxe foncière sur les propriétés bâties, et sur celles dévalorisant les paysages autour du Palais Royal, autour de la Gare et sur la côte balnéaire. Ou de créer un impôt sur le capital des grandes fortunes récentes ? Ou encore de saisir tous les véhicules roulant sans plaques d’immatriculation ou ne payant pas leur vignette… ?!

Restent les ressources extérieures attendues. Elles arrivent apparemment chaque année, même si l’endettement du pays ne peut que grandir au détriment des générations futures. Le Budget du Cambodge risque bien d’être une fois de plus effectivement équilibré par des aides extérieures. On sait que les pays donateurs restent présents comme le Japon et la France auprès de grands projets de développement et que des financements sont budgétés par ces pays pour 2014. La Banque asiatique de Développement ne vient-elle pas d’annoncer trois millions de dollars de dons pour refaire 4000 km de chemins et routes abimés par les récentes inondations ? Quant à Banque Mondiale qui a gelé ses interventions depuis deux ans suite à l’affaire des familles du lac Boeng Kak, elle annonce prudemment, suite au vote de ce Budget, préparer un plan stratégique intérimaire de deux ans. Sans doute un signe d’une confiance limitée dans cette période postélectorale.

Le GRC qui affirme que les affaires sociales et les infrastructures sont ses premières priorités, aura bien du mal à tout gérer avec les ressources financières intérieures et à augmenter dans le même temps, enfin, le salaire de ses fonctionnaires.

En effet, le Secrétariat d’Etat de la fonction Publique, laissé pour compte depuis vingt ans, devient un Ministère à part entière, ce qui révèle une volonté d’action, sans doute accentuée après les succès électoraux de l’opposition. La hausse des salaires des fonctionnaires est annoncée. Dans le même temps le Ministère de l’Industrie est coupé en deux en même temps qu’il est attribué au tenant du Commerce depuis près de vingt ans qui perd les Mines en y arrivant. Est-ce que cela signifie qu’il  devrait se passer des choses cette année dans le secteur minier ?

Quant aux prêts extérieurs qui devraient sans aucun doute permettre au GRC  de boucler le solde du Budget 2014, ils sont encore plus flous que le reste, même s’ils apparaissent pour un montant de 923 millions de dollars, le besoin de financement de cette instable loi de finances. Ce qui rassure c’est que le pouvoir apparait certain d’obtenir ces aides. Le Cambodge sait qu’il peut compter sur ses amis. Il en a peu sur le plan financier au sein de l’ASEAN, mais il y a la grande puissance du Nord qui est disposée à tout, pourvu qu’on lui permette d’investir librement. Elle vient d’offrir 12 hélicoptères le 25 novembre à l’armée de l’Air… Pourquoi s’inquiéter ? A moins que la Chine ne revoie un soutien qui pourrait fluctuer au grès des blocages politiques à prévoir en 2014. Dans ce cas, le Budget ne sera jamais équilibré et la croissance n’atteindrait pas 7 %…

Si, au contraire, la stratégie de développement économique des prochaines années apparait  clairement et, rêvons, ressort d’un improbable débat parlementaire, la Chine jouera un rôle essentiel, dans les domaines de l’énergie et des Mines, de l’Industrie et du commerce des matières premières.

Au-delà de la stabilité macro-économique du Cambodge dont les finances, entre 1993 et 2013, auraient du devenir adultes, au-delà de la stabilité prévisible de la monnaie que la Banque Nationale maintiendra au niveau de 4000 riels pour un dollar US, ce Budget 2014 reste l’un des plus surprenants que l’on puisse observer : pas de débat ; des dépenses non affectées précisément ; des recettes aléatoires. Ceci signifie sans doute que le Chef du Gouvernement Royal peut faire ce qu’il veut quand il veut lorsque des besoins se font sentir.

Ainsi, les dépenses de sécurité militaire 2013 qui se fondaient sur la défense du territoire et notamment sur l’importance du conflit frontalier avec la Thaïlande, seront cette année sans doute doublées d’un renforcement des moyens de la sécurité intérieure, suite aux résultats électoraux et leurs conséquences…

Ce pays qui offre bien des atouts, sur tous les plans, se profilait il y a 20 ans comme une petite Suisse de l’Asie puis progressivement comme un petit dragon de l’ASEAN. Il se révèle aujourd’hui un tigre ayant bien trop de flou dans son budget-papier 2014, pour séduire et convaincre qu’il est sur la bonne voie. Néanmoins, il faut accepter qu’en Asie tout n’est pas écrit et qu’on s’en sort toujours en fin de comptes. Il en ira du Budget 2014 comme du reste. L’Etat saura s’adapter, comme toujours.

Sur ce papier s’écrira en 2014 la volonté du pouvoir en place, et de ses alliés, en fonction des besoins ou des urgences. Un Budget est fait pour apporter aux citoyens de la clarté sur la gestion des projets et l’origine des financements. S’il manque de transparence, un regard sombre se porte alors sur le trouble et maintenant sur les troubles. En cas de maintien de troubles politiques et sociaux, gageons que le Cambodge perdrait 1% de croissance par an durant cette législature, notamment parce que le Tourisme serait vite touché.

Le problème récurrent de manque de transparence budgétaire n’est pas en soi un vrai problème. Néanmoins, présentant trop de questions irrésolues qui auraient méritées d’être posées et discutées dans l’intérêt d’un consensus national sur les priorités, les efforts sectoriels et le partage du gâteau, le tigre cambodgien apparait par la force des choses plus que  « transparent », sans doute parce qu’il se présente aujourd’hui comme  … un tigre de papier.

 

Joël MERAN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s